Les villes fantômes

Pripyat (Ukraine)

C'est la ville des travailleurs de Tchernobyl, évacuée en 1986 après la catastrophe. Aujourd'hui encore, le taux de radioactivité ambiant reste très important.








Kolmanskop (Namibie)

Fondée à la fin du XIXème siècle par des côlons allemands, cette ville située en plein désert de Namib a connu une prospérité fulgurante grâce à l'exploitation du diamant. Elle a atteint son apogée en 1920 puis s'est éteinte doucement au cours du XXème siècle. C'est aujourd'hui une ville fantôme envahie par le sable.








Wittenoom (Australie)

Wittenoom est connue pour son exploitation de crocidolite (ou amiante bleue) qui a débuté en 1938. Celle -ci a causé la mort d'environ 2000 personnes et n'a cessé en 1966. L'indemnisation des victimes s'est beaucoup fait attendre. Il ne reste aujourd'hui qu'une dizaine de personnes qui continuent de vivre là bas, malgrès la contamination ambiante.








Gunkanjima (Japon)

Gunkanjima, qui signifie "navire de guerre" est située sur la côte occidentale du Japon. En 1810, on y découvre du charbon et la main d'oeuvre s'y installe progressivement, créant l'une des densités de populations parmi les plus forte du monde. Quand le charbon fût remplacé par le pétrole, l'industrie charbonnière de l'île s'écroula et sa population partit. Depuis 1973, elle est inhabitée. Durant la seconde guerre mondiale, l'armée américaine a lancé une tropille sur l'ile croyant qu'il sagissait d'un navire de guerre.








Humberstone (Chili)

La ville d'Humberstone au Chili a connu un boom de 1920 jusqu'au début des années 40 grâce à l'extraction et au traitement du nitrate de potassium. Avec l'invention du nitrate synthétique, la ville a commencé à décliner. Elle est vide depuis 1961. Humberstone, avec ses usines, maisons et machines est aujourd'hui préservée comme un monument historique.








Bodie (USA)

Avant de devenir une ville fantôme, Bodie était une ville de chercheurs d'or d'environ 10000 habitants. Petit à petit, l'or s'est épuisé et les habitants sont partis. On y trouve aujourd’hui que des touristes et des consignes "détecteurs de métaux interdits".








Agdam (Arménie, anciennement à l'Azerbaïdjan)

Ancienne ville Azerbaïdjanaise où vivait une forte concentration d'Arméniens, Agdam est devenu Arménienne à la suite du conflit de 1993-1994. Sous la menace Arménienne, les anciens habitants d'Agdam on déserté la ville qui a ensuite été détruite. Cette ville fait aujourdhui l'objet de négociations et pourrait être rendue aux Azerbaïdjanais.