La faune monstrueuse des abysses

Les abysses : 95 % de la vie

Les abysses désignent les grands fonds marins, c'est-à-dire situé en dessous de 150 mètres de profondeur. En moyenne, les océans atteignent 3800 mètres de fond avec un maximum à 11000 mètres dans la fosse des Mariannes (océan pacifique)

Pourtant, on estime que 95 % de la vie se situe dans les profondeurs. 10 à 30 millions d’espèces seraient à découvrir contre seulement 1,5 million à la surface de la terre. Malheureusement, à cause des conditions de vies inhospitalières pour l’homme, seulement une dizaine de milliers d’espèces sont actuellement répertoriées.

Les espèces des grandes profondeurs sont généralement impossibles à étudier vivant. En effet une fois remontés à la surface, la variation de température leur est généralement fatale. Les chercheurs doivent alors se contenter l’étude de spécimens morts échoués à la surface. En Avril 2007 l’éruption du Piton de la Fournaise à la Réunion a fait remonter à la surface de nouvelles espèces qui ont pu ainsi être étudiées.

Un environnement inhospitalier

A 150 mètres de profondeur, 99 % de la lumière a été absorbée. En dessous de 1000 mètres c’est la nuit totale. Des caractéristiques étranges apparaissent alors. Certaines espèces ont développé des yeux très grands capables de capter la moindre source lumineuse. D’autres comme les méduses, les calmars, sont capables de produire de la lumière par bioluminescence. On trouve aussi des poissons possédant une lanterne et dont la lumière est produite par les bactéries logées à l’intérieur de l’organe.

Cette obscurité s’accompagne logiquement d’une chute de la température. A -1000 mètres la température est proche de moins de 4 degrés.

La pression, elle, croît considérablement. A -1000 mètres, la pression est 100 fois supérieure à celle de la surface (100 kg/cm2) «le poids d’une vache sur l’ongle du pouce ! » disent les scientifiques. A – 4000 mètres, elle est de 400 kg au cm2. Un être humain serait complètement broyé !

Indirectement, la lumière du soleil est cependant nécessaire

En dessous de 200 mètres, on ne trouve que des espèces animales (pas d’espèces végétales). Pas de lumière, toute photosynthèse est donc impossible. Pourtant, à la base de leur chaîne alimentaire, on trouve des résidus végétaux ou de cadavres d’animaux qui leur parviennent d'en haut par la gravité. La base de leur survie est donc la photosynthèse pratiquée en surface.

Himantolophus (poisson ballon)



 

 





L'anoplogaster

 

 

La caulophryne (lotte épineuse)





 

Le chaulodius (poisson vipère)













 





Argyropelecus (poisson hachette)



 

 





Le chaulodius (poisson lanterne)





 



Le vise en l'air







Le psychrolutes marcidus (blob fish)







 

Le stauroteuthis syrtensis













Le grimpoteuthis (poulpe Dumbo)





L'idiacanthus (poisson dragon)







L'architeuthis dux (calmar géant)



 

 



Le cyclopterus lumpus (lompe)





Le stomias boa (dragon boa)













Le sternoptyx



 



Le saccopharynx et eurypharynx (grandgousier)









Le bathisaurus









Le chlamydoselachus anguineus (requin lezard)







Le mitsukurina owstoni (requin lutin)









 

Le lophius piscatorius











Le batipterois (poisson trepied)









Le kiwa hirsuta (crabe yéti)





En vrac