L'exposition "our body"

En provenance directe de la Chine, l'exposition "Our body" ("A corps ouvert" en France) présente des cadavres d'êtres humains plastifiés qui ont été disséqués dans tous les sens. L'exposition est constituée de 27 cadavres plastifiés et d’une centaine d’organes. L'exposition est divisée en diverses sections permettant d'observer toute la géographie du corps humain : système digestif, nerveux, respiratoire, musculaire, sanguin...

Les corps présentés sont plastifiés selon une technique de conservation inventée à la fin des années 70 par l'anatomiste Gunther von Hagens (daz) : l'imprégnation polymérique.

L’imprégnation polymérique est une méthode récente qui permet de créer des spécimens anatomiques destinés à approfondir les connaissances médicales. Tous les corps et matériaux contenant de l’eau, que ce soit le cuir, le bois, les plantes, les insectes ou les animaux, peuvent être traités par imprégnation polymérique pour produire des spécimens totalement secs, inodores et non toxiques.

La méthode traditionnelle largement utilisée par les institutions médicales, qui consiste à préserver les corps dans du formaldéhyde (formol), permet d’examiner les spécimens anatomiques mais ne permet pas de les manipuler. Pour pouvoir faire des travaux de recherche approfondis, les professeurs et les étudiants doivent porter des gants et affronter les vapeurs toxiques du formaldéhyde. L‘extrême réalisme et le caractère unique de chaque spécimen conservé par la méthode d’imprégnation polymérique permettent aux étudiants en médecine et aux biologistes, ainsi qu’aux non-initiés,d’avoir un regard plus précis sur la nature du corps humain et d’atteindre un niveau de détails impossible à obtenir avec les spécimens préservés par les méthodes de conservation traditionnelles.

Principales étapes du processus d’imprégnation polymérique :
L'exposition a été présenté dans diverses grandes villes d'Europe et en France à Marseille et Lyon. Elle a cependant été suspendu à Paris. Si l'intérêt scientifique est certain, le coté "spectacle grand public" d'une telle exposition donne lieu à polémique. De plus, les corps utilisés sont tous d'origine chinoise et il semblerait que la plupart ne soient pas des dons volontaires à la science. Certains corps proviendraient de condamnés à mort chinois ce qui pose des questions d'ordre éthique.